La vie compliquée…d'une fille simple…

la dangereuse

La dangereuse que je suis…et qui ne ressemble à aucune de toutes ces femmes, qui t’ennuient tout le temps, ces femmes pathétiques, faibles, fragiles,…qui provoquent en toi le sentiment de tristesse, j’ai une vie merdique, oui, comme tout le monde, mais je fais pitié à personne…je fais peur…parce que je suis différente…

Je m’habile pas de la même façon que les autres, qui font la même coupe de cheveux, qui regardent le même type de mecs, je ne suis pas la femme qui sait parler mais qui ne sait pas écouter, attirante mais n’a rien d’intéressant à dire….

Je suis une femme dangereuse…émotionnellement dangereuse, je sais que je suis mignonne, innocente,  naturelle très spontanée, super sympa et gentille, serviable, avec la joie de vivre, j’avoue que je suis généreuse …émotionnellement généreuse….

et si tu crois que mes qualités sont des défauts, sont mon point faible, tu te trompes…et fais gaffe… je ne change pas mon caractère…je peux parfaitement changer mon attitude….

Je n’ai pas besoin d’être rassurée de ma féminité, de ma personnalité, mon caractère…. je ne suis jamais anxieuse à l’idée de savoir mon image construite dans ton esprit, je suis réaliste et donc plus confiante sur moi-même …..

Très réactive oui…. mais je n’agis jamais sans réflexion…

Je prends des décisions graves…oui …et j’assume….

La dangereuse que je suis…. Je peux masquer mon intelligence, je peux également passer pour la grosse conne accessoirement,  la pauvre innocente, mais personne n’osera de me manipuler…le jour où tu me vois ainsi réellement …je te montrerais, en position de force, à quel point j’étais perspicace, maligne et non pas une conne…

Dangereuse… par ce que je ne cherche pas à être aimée… je suis aimable… je le sais… beaucoup de personnes qui m’aiment et que j’aime ….mais je n’ai  aucune dépendance affective…. vous êtes là…. je suis là…..

Vous voulez partir…vous partez…. je ne récupère personne ….je reste seule ? Et alors ?

Ce n’est pas dramatique d’être seule….C’est la société qui nous pousse à vivre à deux… et la dangereuse que je suis…très sociable, ouverte, tolérante, qui s’intègre rapidement …elle n’a pas peur de vivre seule… vivre seule ne veut pas dire vivre dans la solitude….être seule ne veut pas dire être malheureux….le bonheur ne dépends pas de l’autre le bonheur dépends de ma façon de vivre…

A suivre….

 

 

 

 

 

15 décembre, 2017 à 17 h 35 min | Commentaires (0) | Permalien


des moments particuliers…(titre provisoire)

En ce moment particulier, …j’ai pensé à  des jeunes, des femmes, des enfants…venant de l’Afrique subsaharienne, des réfugiés  qui ont traversé le désert du Sahara, …les pieds nus, les jambes totalement exposées à la piqure d’un scorpion, d’une vipère  de l’Erg ou vipère d’Avicenne , une espèce déserticole, dangereuse, perfide…Elle s’enfouit dans le sable, en ne laissant apparaître que ses yeux… j’ai pensé à un jour j’aurai à traiter ces personnes en état d’envenimation…

 …Et  puis ils résistent  contre la teneur salée de la méditerranée, les  monstrueuses vagues de l’Atlantique,  j’ai pensé à un jour j’aurai à sauver une personne noyée…Leur direction c’est l’autre bout du monde, l’eldorado, la vie sans papiers, sans droits , la terre du racisme, des agressions,….

A un moment donnée j’ai pensé aux handicapés, aux victimes des AVP, les personnes qui marchant à genou durant toute leur vie, 24h/24 et 7jrs sur 7 …incomparable …!!

Ce n’est pas la marche à genou qui fait mal à l’handicapé,ce n’est  ni le froid ni la marche sur pied…c’est la négligence de l’autre qui fait mal au cœur…. et en ce moment particulier, où seule ta tranquillité d’esprit qui me rassure, ton regard charmant qui me donne confiance, ton sourire majestueux qui renvoie un espoir, …tu es là tu me néglige et je n’ai pas le droit de te parler : une loi, un mal nécessaire !!

Et un jour ta mission ici sera accomplit, tu sera sous d’autres cieux et je pourrai même pas te voir, alors restes  car seule ta présence qui a sens….

2 novembre, 2013 à 17 h 05 min | Commentaires (0) | Permalien


7chouma….!!

Nous sommes des citoyens qui ont besoin d’une publicité sensibilisante ‘’boundif’’ pour protéger notre environnement, ….7chouma !!
Nous sommes des fonctionnaires, des professionnels de santé,…qui ont besoin des caméra de surveillance pour faire leur travail….des conducteurs qui doivent être surveillés par un système de radar pour respecter la loi….7chouma…!!
Nos bras sont ouverts, avec un large sourire, nous sommes connus par notre accueil sympathique et chaleureux, notre générosité…avec ces européens qui voient le Maroc , l’eldorado des pédophiles et homo..et nous refusons, nous insultons les subsahariens, nous transformons la vie des étudiants en un traumatisme, nous sommes racistes hypocrites…7chouma!!

Nos filles marocaines se laissent enliser dans des relations douteuses, nos familles marocaines qui se dit modernes et qui permettent à leurs filles de se comporter en toute liberté, tant qu’elle est encore vierge elle est conservatrice, c’est quoi cette société qui résume la femme en une membrane fragile ‘’l’hymen’’!!

Cette société qui n’accepte pas la femme divorcée alors que la prostitution est une profession..!!

Une société régi par le code de la famille  »la modawana » depuis 2004 et le taux de mariage des mineurs est toujours en augmentation avec une progression de 23% en 2010….!!

Une société régi par le code de la route, et les actualités marocaines deviennent de plus en plus démoralisante, déprimantes à cause des accidents….

Et vous dites  »fiers d’être marocains », mais fiers de quoi ? de votre racisme ? de votre schizophrénie ? de votre hypocrisie ? vous méritez même pas la nationalité marocaines… les vrais marocains sont nos grands parents , tout un peuple courageux et fort et qui s’est mobilisé derrière son roi et qui n’ont pas cessé de battre pour apporter la liberté, la gloire et l’indépendance à ce pays.

Et vous ? qu’est ce que vous avez apporté au Maroc ?

26 août, 2013 à 21 h 23 min | Commentaires (0) | Permalien


de retour…pour travailler avec un grand amour…!

Chirurgie A…Saison II….2ème épisode.

 

….Je suis de retour au service pour travailler ma thèse, un sujet pas comme les autres dans un service pas comme les autres…Une étude prospective comparative randomisée, sur 140 cas répartis en deux groupes A et B.

La randomisation….le hasard…le 1/B qui tombe sur une patiente illettrée, son premier et dernier souci est de se débarrasser de son goitre qui la gène,….comment pourra-t-elle lire le document que j’ai préparé pour elle, et pour qu’elle soit informée de sa maladie, de l’opération, des risques qui y sont encourus….

Le 2/A qui tombe sur une jeune instruit et qui refuse de signer sur le formulaire du consentement éclairé…

Le 9/B un cas d’une hernie inguinale attendu avec impatience, pour qu’il soit exclu de l’étude : kyste du cordon spermatique découvert en peropératoire…

Les 3/A, 4/A, 5/B , 6/A,……10/B,……etc….les femmes ayant une lithiase vésiculaire non compliquée, auxquelles j’ai expliqué comment se forment les calculs, pourquoi opérer la vésicule, quels sont les risques de la cholécystotomie….au nombre de fois j’ai expliqué et réexpliqué et ….et …et…..

Le 18/A qui ne veut pas m’écouter quand je lui explique l’intérêt du traitement chirurgical pour sa maladie de basedow suivie depuis des années, la 20/B qui n’a pas répondu au questionnaire, 21/A: une veille femme adorable et tendre, une 22/B illettrée, qui -soumise à l’ordre de son mari- refuse de signer…

Le 29/B qui fait l’exception d’être pistonné : il est très sympa, modeste et compréhensif , un de mes patients inoubliables, il m’a dit une phrase qui sera éternellement gravée dans la mémoire : ‘’ toi tu vas aller plus loin…’’

l’exception d’avoir une lithiase vésiculaire (plus fréquente chez la femme) et d’être programmé pour une cholécystotomie par cœlioscopie mais opéré par laparotomie !!!

Bref…les gens ne se ressemblent pas, et pour chaque cas je me dis:  »c’est mon premier patient ». C’est pas facile à adopter comme principe, à respecter comme règle dans notre quotidien mais c’est grâce à ce principe que j’ai tué la routine avant qu’elle me tue… !!

Grâce à la patience, la persévérance, la constance on est arrivé au 31 cas pendant 3 mois,  …En post garde,je suis là… avec mes céphalées et le manque de sommeil, j’ai vus mes patients…avec mes 38 degrés de fièvre je suis revenue pour récupérer un questionnaire auprès des sortants, …avec un grand amour je l’ai fait…

Attendre 140 malades pour lithiase vésiculaire, nodule thyroïdien et hernie inguinale, dans un service qui tend à se spécialiser vers la chirurgie  cancérologique digestive : une mission que la plupart estime ‘’difficile’’ ( pour ne pas dire impossible) ….et ceux qui suggèrent :

-Tu peux travailler dans les 3 services de chirurgie pour avancer

-C’est un travail qui n’a jamais été fait, et….

-Et risque d’être piraté ?

-Si vous le dites, oui probablement, mais loin de ce que vous pensez je veux que cet initiative soit au nom de chirurgie A tout simplement.

Les personnes motivées ne sont pas forcément les personnes qui se précipitent, mais celles qui travaillent avec amour à la perfection. Et la principale motivation de l’ardeur du travail est l’amour, l’amour te donne la patience et la patience te donne la force pour arriver au but : réussir.

La patience suppose que cela vaille la peine d’attendre et que l’on puisse attendre. Elle implique également que l’on surmonte avec sérénité les éventuels obstacles.

A suivre….

 

6 août, 2013 à 19 h 54 min | Commentaires (0) | Permalien


Chroniques chirurgie A saison II….

Chroniques chirurgie A saison II.... dans Chirurgie A,saison II sans-titre-300x216

 

   Hopital Avicenne, 2ème étage à gauche,…Veuillez SVP laisser vos préjugés et  vos arrières  pensées à l’extérieur et entrer soyez les bienvenus.

  Juste à l’entrée et à votre droite : une cuisine, un coin pour bavarder , pour se reposer après le retour du bloc, mais surtout pour gouter le thé à la menthe préparé et servi par notre aimable Rkia , un thé marocain qui ne se refuse pas.

   Toujours à droite, une chambre à 7 lits souvent fermée. L’ouverture de cette chambre est un signe de gravité : soit il y a un patient sous oxygénothérapie parce que les sources d’oxygène ne marchent que ici, soit tout simplement les petites chambres doubles sont saturées…. !!

   Allons-y, et faisons ensemble quelques pas dans ce couloir, en face de la salle d’archivage un autre couloir qui vous mène à la dernière chambre à deux : 145 . Souvenez vous de M**** , 27 ans, célibataire, hospitalisée pour deux masses abdominales…. ? M**** était dans cette salle…

Vous êtes maintenant à la croisée des deux couloirs, la salle des archives est derrière, à gauche: le tableau où le programme du bloc s’affiche chaque vendredi après le staff, souvenez vous des cas que j’ai présenté aux staff du jeudi ?

A votre droite le bureau de Hosni, le plus sympa le plus gentil et le plus serviable des infirmiers majors, croyez moi il fait l’exception des autre majors, et si vous me croyez pas ça veut dire que vous êtes rentrés ici avec vos préjugés.

Continuons….

Les chambres à deux patients sont toutes à votre droite, mais négligez pas l’autre coté du couloir…

En arrivant à la 137 tournez à gauche, une autre salle à deux lits  , dans cette salle on m’a condamné de ne pas respecter le secret médical, mais pourquoi ?

 A cause de cette salle j’ai raté un cas pour mon  étude

une étude prospective sur 140 cas de lithiase vésiculaire, hernie inguinale et nodule thyroïdien, et dans cette salle un cas de goitre est passé inaperçu ….mais comment ?

la réponse : nous sommes au Maroc il faut pas toujours poser beaucoup de questions.

C’était une mise en situation, une introduction à la saison II de mes chroniques en chirurgie A,

je suis de retour au service pour travailler ma thèse, un sujet pas comme les autres dans un service pas comme les autres ….

A suivre….

P.S: image plan du service, source: site de chirurgie A

22 juin, 2013 à 15 h 59 min | Commentaires (0) | Permalien


nostalgie…

Première année 2ème semestre…

Perdue entre ces poly pages, ces polycopiés, ‘’poly pourri’’ d’histologie d’embryologie, de biochimie,…Ces lignes et ces vocables auxquelles je ne comprends pas grand-chose, là où cet histoire d’amour fusionnelle et éternelle a commencé avec ces marqueurs bleu, rose, vert et jaune. Une session entamée, une guerre déclarée !!

Les inévitables QROC et les questions à réponse vrai/ faux, de la page 8 je saute rapidement à la page 99, je cherche les lignes coïncidant avec les QROC, je les marque et comme si ce n’était pas suffisant j’ajoute dans les marges QE+++.  Drôle de manie qui cache derrière une amère réalité : apprendre sans rien comprendre, la compréhension était pour plus tard,  l’urgence est l’examen qui sera dans 10 jours…

Une journée passée entre ces poly pages, poly lues, poly marquées, poly traumatisées, et les schémas d’anatomie attendent leur tour chaque soir, le cour d’anatomie du tube digestif , des schémas qui ressemblent à tout, sauf à un corps humain !! Sur un schéma d’une vue antérieure de l’estomac montrant sa vascularisation artérielle, une page pleine de commentaires qui me classe bosseuse de première catégorie , qui se réveillait à 5 h du matin chaque lundi, se disputait les premières rangées et notait tout ce que disait le professeur, pour se rendre compte le jour de l’examen que ça ne sert à rien ….Sur ce schéma, l’artère coronaire stomachique , branche du tronc cœliaque, donne deux branches terminales : antérieure et postérieure, descendent le long de la petite courbure et s’anastomosent avec l’artère gastrique droite pour former le cercle de la petite courbure… doucement… je dessine ce cercle en rouge… je bouge… attention à la tasse !! elle est versée !!

Une grosse tasse de café pour stimuler les récepteurs de caféine, question de monter le Glasgow et m’empêcher de dormir durant cette ennuyeuse préparation…

La tasse est versée, et ce n’est pas une raison pour laisser tomber la révision ce soir, l’examen pour bientôt…

Sur un autre schéma montrant la configuration extérieure de l’estomac, une légende au delà du commun, qu’est ce qu’un épiploon ? Qu’est ce qu’un mésentère ? je dois absolument trouver la signification de ces mots dans ce dictionnaire, dont les pages se sont détachées à l’usure, sinon je risque de les confondre le jour de l’examen, et en anatomie une petite erreur peut couter cher !!

Je n’ai pas posé cette question au professeur d’anatomie, mes craintes et ma timidité se sont accentuées à la vue de son regard sérieux et son sourire majestueux. Ce prof si grand et si brillant, en plein dans le mouvement, on le regarde d’un air dubitatif avec un grain de naïveté, et dans l’immédiat, il devient le reflet de ce qu’on voudrait être plus tard : mettre la blouse blanche, avoir la confiance d’un médecin et surtout être branché dans le mouvement.

Le mouvement de la faculté de médecine, du CHU, ce mouvement est de faire partie  de ses murs, de ses coins. Cet endroit est devenu notre seconde maison, au cours des 3 années passées vite, et nous voilà en 4ème année, on s’est donné RDV avec le même prof, il vient pour nous enseigner la pathologie digestive chirurgicale, avec le même regard sérieux , et moi la même bosseuse de première catégorie qui notait tout, même les soupirs du prof mais cette fois mes notes sont précieuses puisque toute la promo compte sur mon cours…

« il faut pas se contenter de citer les signes cliniques, il faut les décrire, une colique hépatique est une douleur de l’hypochondre droit irradiant en hémi ceinture, à différencier de la colique néphrétique qui irradie vers les organes génitaux externes….bon je suis pas Michel Jackson »

Il a la réputation d’être strict et perfectionniste pourtant l’humour est un trait de caractère qui reste compatible avec son sérieux, et les deux visages sont les faces d’une même pièce très rare…Mon professeur d’anatomie, de pathologie chirurgicale digestive il est maintenant mon encadrant de thèse, Professeur El Malki .

Les 5 ans passés, enfin nous sommes considérés dans le 3ème cycle, Cette chère  6ème année tant attendue, si belle , si tendre,  des externes : ‘’F.F.i’’ :  faisant fonction interne,  » formed for impossible » parfois  » faisant fonction infirmier » comme le cas en gynéco où je suis affectée actuellement…

A suivre …..


 

20 mai, 2013 à 17 h 34 min | Commentaires (0) | Permalien


le rouge et le noir.

    Le rouge et le noir de Stendhal, sous titré: «  chroniques du XIX siècle » était le dernier roman que j’ai lus avant d’abandonner mon rêve, avant d’annoncer fièrement ma réussite au concours d’accès aux études médicales ,avant de mettre le premier pas sur ce parcours si long et de choisir la médecine comme carrière…

 

Stendhal avait surement une raison pour choisir ce titre à son deuxième roman, et qui n’a rien avoir avec la mienne…

le rouge c’est le sang, le noir c’est la nuit, les fauteuils noirs où j’ai dormi la première garde, car, soit disant,  »notre salle de repos » était fermée, les cœurs noirs de certaines personnes dans ce service ….

Bref, je vous raconte ici les chroniques en gynécologie , ce qui suit est réservé à un public majeur averti pouvant contenir des scènes et des paroles choquantes et  toute ressemblance avec des événements ou des personnages de la vie réelle ne peut être que par hasard. « Le rouge et le noir »

Premier épisode : + 18 ans … !!!

Une garde en gynéco c’est passer 24 hures entre les cuisses des femmes, c’est rester jour et nuit avec  les cris incessants qui font fuir les chiens errants, qui font perforer le tympan , c’est une allergie à l’odeur de chiotte qui commence à s’installer, ce sont des cernes qui réapparaissent à nouveau ,  les cônes de ma rétine ne s’adaptent plus à la vision des couleurs je vois tout en rouge… le rouge…. le rouge …et le rouge partout ,  les taches du sang sur les sabots blancs, ces gouttes rouges qui n’épargnent personne , décollant la peinture des murs, ….bref, tous mes organes sensoriels s’altèrent !!

De l’autre coté de la blouse blanche, il y a  aune femme qui crie et se torde  de  douleur inimaginable, en attendant impatiemment la sortie d’un bébé de son utérus, ces cris et ces waaaaaaaaaaaa3 quand ces gynécologues et ces sages femmes  appuient sur son ventre ou  déchirent son vagin à coups de ciseaux sans anesthésie. Cette femme qui supporte même leur insulte juste pour vivre le plus beau moment de sa vie : avoir le fruit d’un amour entre ses mains.

Et ces médecins qui ne voient en elle qu’un calvaire à supporter aussi pour gagner un salaire de fin de mois, chacun à une raison pour supporter ces moments désagréables…

Pensée à toutes les mères qui ont vécu une situation pareille, pensée à toutes les femme qui jettent leur culotte à terre quand elles se déshabillent avant de se mettre en position gynécologique, pensée à toutes ces femmes qui ont accouché dans ces petits boxe d’isolement si froids , sans aucun respect d’intimité…..

A suivre…

7 avril, 2013 à 19 h 58 min | Commentaires (3) | Permalien


Don’t wake me up !!

 

Don't wake me up !! dans Chroniques!! 7h-300x297

J’ai froid, mes jambes me portent plus, ces frissons qui parcourent mon corps, me rappellent une certaine situation, me rappelle un souvenir …et si c’était lui ?

       – Ouiiii, j’ai dis entrez !

Non je vais pas entrer, je dois revenir au service, qu’est ce que je vais lui dire? D’habitude on vient ici pour demander un avis d’un spécialiste et moi je suis là pour chercher quelqu’un pour m’aider à lire le compte rendu opératoire, je suis si bête, non non je vais revenir au service… !!

Soudain la porte s’ouvre :

     -Salut ibtissam

     -Bonsoir docteur L****

    -Ça va ? tu es de garde au service ?

    -Oui , …nous avons reçu une patiente de la neurochirurgie, opérée ce matin pour une tumeur cérébrale.

    -Oui j’ai assisté à son intervention.

 

Soumise à mes hésitations j’ai pas osé à lui demander de m’expliquer qu’est ce qu’ils ont fait au bloc …puis il me dit, en regardant le dossier :

-Tu as besoin de quelque chose ?

-Oui , en fait…  je dois présenter l’observation de cette patiente demain, et je n’ai aucun renseignement sur l’histoire de sa maladie…mais si tu es occupé je peux revenir après.

-Non non pas du tout avec plaisir, entre …assieds-toi.

-Alors, c’est une patiente âgée de 50 ans, sans antécédents particuliers, elle était suivie en neurologie pour son syndrome…..

 

Toujours ce sourire qui se dessine majestueusement sur son visage, cette générosité et cette gentillesse qui ressort clairement  de sa façon de parler et expliquer, cette couleur de sa tenue beige qui va très bien avec la couleur de sa peau, ces lunettes et ce regard sage qui m’oppresse…

J’aurais aimé pouvoir dire que depuis des jours…des… semaines …des mois… je me rappelle plus depuis quand j’ai arrêté de compter, depuis combien de temps je n’ai plus de ses nouvelles, à son absence le temps semble si long, j’aurai aimé pouvoir dire que je ne souffre plus de son absence et que j’ai arrêté d’y penser, mais je n’ai jamais pu cacher mes sentiments…

Toujours ces mains qui tremblent et ces yeux qui brillent de joie et d’amour me trahirent quand je suis à ses cotés, toujours cette timidité qui me fait baisser les yeux quand nos regards se croisent,  toujours ce cœur qui bat pour lui….Mais qui a dis que je l’ai oublié ?

-c’est bon? tu as bien saisi ?

-oui merci beaucoup docteur

-Il n’y a pas de soucis, avec plaisir

-Bon je vais revenir au service pour compléter l’observation

-Tu es venue toute seule ?

-Oui

-Attends je vais t’accompagner

-Et le service ?

-T’inquiète pas il y a un autre médecin nous somme deux de garde

-Ok merci

 

Vers le service, le même trajet, le même passage…, les mots sortent de mes yeux quand je reste silencieuse, marchant à  petits pas et pourtant le temps semble moins long, arrivés au service:

-Merci beaucoup docteur c’est gentil

-La prochaine fois ne quitte pas le service toute seule, prends soin de toi, bon fin de garde

Je t’aime….. »

 

-Ibtissam réveilles-toi elle est 7 h.

- Laisse-moi continuer ce rêve

- réveille toi, tu m’as promis de faire du sport ensemble dimanche matin 

-Matan3ssou matkhaliw li yn3ess, Oublie toutes mes promesses et annule tous nos programmes du weekend et laisse moi dormir, je l’ai vu dans mon sommeil il me dis je t’aime

-Tu songe, mets les pieds sur terre et arrête de rêver !!

Oui je rêve je sais ,  je ne sais plus depuis combien du temps je l’ai pas vu, je n’ai pas de nouvelles, je sais qu’il est quelque part sur cette terre , mais je peux pas le voir, laisse moi le voir au moins dans mes rêves, tu vas me prendre pour une folle, je m’en fous de ce que tu peux penser de moi et de ma folie…!!

laisse moi rêver, don’t wake me up…!!

 

 

 

 

 

24 février, 2013 à 17 h 00 min | Commentaires (0) | Permalien


« Où es-tu? »


Dans ce monde froid et vide
Je te cherche ‘’où es tu ?’’
Pour te parler de ma solitude
Et la douleur de ton absence qui me tue

Je cherche ton nom dans les longues listes
ton sourire, ton visage dans mes souvenirs tristes
dis moi ‘’où es tu ?’’
car j’ai perdu la piste

je te cherche entre les vers de ma poésie
je te cherche avec mes souffrances et mes soupirs
mes sentiments de passion, d’amour et de jalousie
entre ces mots que personne n’a saisis

je sais que tu es sur cette terre
et pour te retrouver , je galère
Je sais que tu passe tes journées
Là ou mon amour est né

je sais qu’il y a une autre que tu aime
mais moi, je t’aime quand même
et je sais que tous les jours
elle attend ton retour

tu n’es pas pour moi, je l’avoue sans gène
et moi je t’aime sans regrets sans peine

et sache que où que tu sois
je t’oublierais jamais c’est mon choix.

23 février, 2013 à 15 h 40 min | Commentaires (2) | Permalien


un certain regard…

un certain regard... dans POEMES orig_enfant_regard-203x300

J’ai remarqué soudain !

Qu’il avait un regard lointain,

Des larmes aux yeux et un chagrin,

On dirait qu’il a perdu un copain,

Quelqu’un de proche ou de ses siens.

« qu’est ce que tu as? »

Il me répond « je n’ai rien ».

Il y a une chose dont tu te plains

Et que tu veux pas me dire

C’est sur et certain.

il lance un profond soupir:

« t’inquiète pas je vais bien »

 

il lève à nouveau le front

il me regarde en souriant

mais son regard me revient et me surprend:

« tu voulais dire un mot ? »

oui….ouhh non !!

 

je voulais dire des mots et des mots

des mots plongeurs dans mes profondeurs

des mots voyageurs entre deux cœurs

je voulais te dire je t’aime

je voulais te dédier des chansons et des poèmes

c’est pour toi que mes yeux brillent de passion

mon amour pour toi m’a fait perdu la raison

 

si c’est amour peut porter un nom

je lui donnerai le tien

mais ton regard dépasse le mien

 

 

23 février, 2013 à 15 h 30 min | Commentaires (0) | Permalien


1234